Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le  blog  de   Marpotrip

Le blog de Marpotrip

Didier et Blandine Marpot Ville d'origine: Lyon FranceNotre devise: "s'éloigner de tout rapproche un peu de l'essentiel" ( Loick Peyron)

Publié le par MarpoTrip
Publié dans : #Articles, #2017: OUZBEKISTAN, #VOYAGE 2017
25/07/2017 OUZBEKISTAN: Bukhara, Ayrda Kul, Samarkand..

25/07        

 

 La joue droite collée au marbre du hammam de la rue Nakshband, je guette de l’oeil gauche l’arrivée du masseur bedonnant qui allait s'occuper de mon body pendant une petite heure… 40 minutes plus tard, leur réputation n’est plus à faire. Mes articulations ont été luxées, et les quelques muscles qui m'avaient enrobé pendant ces 58 ans broyés avec un soupçon de sadisme. Même mes oreilles n'ont pas été épargnées. Le seul vocabulaire de ce gorille est “good massage, good massage ?” mais oui mon garçon et dire que l’on paye pour ça !!

   Quelques bassines d'eau froide déversées minutieusement sur le sommet de mon crâne m'ont anesthésié en 3 secondes. Pour finir, il s'empresse  de me badigeonner les épaules, le torse et le dos de gingembre et de me laisser macérer 15 minutes à thermostat 50, juste le temps que ce bel épice pénètre mon épiderme et le brûle en profondeur… Fin des hostilités autour d'un thé dans la salle de réveil... Au sortir de la chambre des tortures, l’air des rues de Bukhara semble presque frais…

           Quelques centaines de mètres plus loin, sur le bassin de la place Lyabi Hauz, les canards se douchent et se trémoussent sous les pisserottes artificielles censées rafraîchir l’atmosphère. Des mômes sautent sur la statue de Hodja Nasreddin, incarnation du "fou sage" au XIIIe siècle .

Le vent brumise les chameaux en plastique collés au bord du bassin, quelques enfants s’accrochent à leur cou pour une photo familiale, bravant la température de l’animal synthétique sous les yeux admiratifs de leur mère drapées de fichus colorés.

   

       Dans un coin de la place des femmes courbées butinent le sol pour ornementer les massifs, seuls  leurs yeux sont visibles ,le reste du corps emmitouflé dans des chemises blanches pour ne pas cuire.

 

 

     Mon thé infuse délicatement et on se la coule douce à l’ombre des grands arbres aux pieds blancs…

Ainsi passe le temps dans la cité de Bukhara…

 

 

 

Bukhara...
Bukhara...
Bukhara...

Bukhara...

30/07

    5h10, sur le toit en tôle de la médersa (école) du Registan à Samarkand, le soleil ne va pas tarder à pointer son nez sur les tétons des mausolées. Pour en arriver là, je venais d'arroser grassement de quelques dollars un flic ripou qui garde l’entrée du plus beau site de l’Ouzbékistan…

Nous sommes 6 ou 7  à avoir pu nous glisser dans les entrailles de ce lieu restauré à longueur de journée après quelques séismes ravageurs.

       Le Régistan, est une perle architecturale de Orient visitée chaque jour par des milliers de petits gnomes comme moi… Mais là, personne… seuls quelques petits oiseaux Ouzbeks se glissent sous des mosaïques entrouvertes.

     C'est "La place" d'Ouzbékistan. Au 13éme siècle, Gengis Khan ayant rasé Afrasyab sur la colline voisine, les habitants concentrèrent alors leurs activités autour de cette place. Tamerlan en fera le centre de sa capitale. Elle est alors principalement un lieu de commerce, mais aussi d'exécutions (ces derniéres nécessitant pas mal de sable pour éponger le sang des suppliciés : Régistan signifie sable !)

       Une fois de plus c'est Oulough Begh, le petit fils de Tamerlan, qui va profondément modifier la place et lui donner son aspect contemporain . Il décide de construire vers 1417 une madras, une khanaka, un caravansérail et une mosquée. Cet ensemble va devenir la plus grande université d'Asie Centrale, où plus d'une centaine d'élèves viendront étudier, outre le Coran, les mathématiques,l'astrologie, la philosophie, et la littérature.

 

 

 

Samarkand...
Samarkand...
Samarkand...
Samarkand...
Samarkand...

Samarkand...

        Le calme règne et les lumières commencent à s’allumer sur les façades des mosquées.

 6h... Le garde me fait signe qu’il ne reste plus que cinq minutes pour dégager…

       Dans les rues les petits balais commencent à s’agiter pour nettoyer les pavés souillés par les touristes de la veille.

… Il est six heures Samarkand s’éveille…et j’ai encore sommeil !

           Khiva, Bukhara, Samarkand, Chakhrisabz, terre natale de Tamerlan (Amir Timor) toutes ces cités me fascinent par leurs dômes, leurs minarets, leurs médersas immaculées de mosaïques turquoises,vertes ou blanches … et c’est peut-être pour cela que la nuit je rêve de déambuler dans les rayons "salle de bain" de chez Casto!…

 

 

 

         Demain direction les montagnes à l’ Est de l’Ouzbékistan avec un petit stop dans les yourtes du lac Aydar Kul

 

Commenter cet article

Pierre 04/08/2017 22:20

Superbes photos et plume inspirée!

vero 04/08/2017 11:24

Dépaysement garanti, j'ai bien ri au ptitdej en imaginant la scène du massage !!! Biz à tous les 2

Articles récents

Hébergé par Overblog